Vous utilisez une version d'Internet Explorer qui n'est pas supportée ...
Notre site nécessite l'utilisation d'une version plus récente (à partir de IE 10) ;-)

Veuillez utiliser Safari plutôt que Chrome sur Mac OS X ...
Le module 'inscription' nécessite l'utilisation du navigateur Safari ;-)

prev next
. / .

Jul

6

Un Namuraid chaud, chaud, chaud

écrit par marc le 06/07/2015 (source : http://www.lavenir.net)

 

Ce dimanche avait lieu la 8e édition du Namuraid. Ce triathlon singulier a été remporté par le duo Florian Badoux -Pierre Delcour.

Il se disputait entre course à pied au cœur de la citadelle de Namur, kayak sur la Meuse le long de l’île de Vas-t’y Frotte et se terminait par du vélo tout terrain dans Malonne et ses environs. Pour cette deuxième année sur l’esplanade de Namur, les organisateurs avaient ouvert la course à 750 équipages. Répartis en box, les participants devaient se livrer à fond contre le chrono pour espérer remporter la victoire.

Badoux et Delcour les plus rapides

Le Namuraid avec sa bonne ambiance, ses bénévoles souriants, des groupes de musique et un nombre de participants impressionnant est avant tout une compétition. À ce petit jeu, les plus rapides ont été le Namurois Florian Badoux déjà vainqueur en 2013 et le Liégeois Pierre Delcour. Partis dans la Golden box qui regroupe les favoris, les membres de l’équipe Tri4us-Btwin ont réalisé une course d’un haut niveau. Ils devancent de plus de trois minutes l’équipe «Au bout du rouleau» composée de Ludovic Vuegen et Romain Denis. Au coude à coude tout le début de la course, c’est-à-dire la première et deuxième courses à pied mais aussi le kayak, c’est dans la partie VTT que la décision s’est faite. Les lauréats de l’épreuve y ont mis les bouchées doubles pour aller chercher la victoire. L’équipe «Los Toros» complète le podium avec un belle prouesse puisqu’il s’agit là du septième podium pour Alain de Munter cette fois-ci accompagné par Benny Guns.

Goffinet et Jouniaux chez les femmes

Du coté des dames, c’est le duo habituel qui l’emporte, à savoir l’équipe des «Gazelles» composée de François Jouniaux et de Florence Goffinet. Parties avec un horaire favorable, elles ont réalisée une solide épreuve. Victime d’une crevaison, elles ont dû terminer la course avec un seul vélo en alternant façon run & bike. Pour les compositions mixtes, c’est l’ancien cycliste professionnel Nico Sijmens qui s’impose avec Julie Debock seulement quelques petites secondes devant leur poursuivant, l’équipe «GK’s» composée de Isaline Rasneur et Benjamin Riquet.

 

Delcour : « Faire parler la technique »

C’est le duo Badouxet Delcour qui a remportéle Namuraid. Pour euxla clé de cette victoireétait en vtt où ils ont fait «parler la technique».

Le niveau était très élevé lors de ce Namuraid, huitième édition. C’est un habitué de l’épreuve qui l’a finalement remporté. En effet, le Namurois Florian Badoux accompagné de Pierre Delcour se sont emparé de la victoire. Ils étaient très satisfaits à l’arrivée et, pourtant, ce n’était pas gagné d’avance.

«On a eu la chance de partir dans la première vague. Arrivés au kayak, nous étions quatre équipes en tête dont d’autres équipes favorites, explique Pierre Delcour. C’est alors en kayak que nous avons pu prendre la tête pour entamer la deuxième course à pied en première position.» Une course bien gérée puisque le plan initial a fonctionné à merveille du côté de l’équipe Tri4us-Btwin.

«C’est à vélo que nous avions décidé de tout donner et de faire parler notre technique. On a roulé à fond du début à la fin et, comme on était très complémentaire, cela nous a réussi et ce malgré la chaleur!», conclut-il.

Les deuxièmes de ce cru 2015 sont, quant à eux, très réalistes sur leur course. «On a fait un départ plutôt calme avant de se repositionner en kayak. On a pris le vélo en deuxième position, pas loin derrière les vainqueurs. Néanmoins, contre un duo de vététistes, nous n’avons rien pu faire», explique Ludovic Vuegen.

Pour Florence Goffinet, c’est une nouvelle victoire lors de ce Namuraid. Son secret? Une équipe bien rodée. «On se complète bien avec Françoise et c’est pour cela que ça marche. Elle me tire en course à pied et moi je la tire et la pousse à vélo», explique-t-elle. Pourtant, tout n’était pas rose avec une crevaison à quelques kilomètres de l’arrivée. «On a laissé le vélo sur place et on a choisi de partir comme pour un run & bike, ce qui était assez audacieux. On a pu récupérer un vélo sur la fin et cela nous a permis de l’emporter.»